Retour sur le Conseil de Paris des 30 et 31 janvier 201

pietonsLa thématique de la Ville durable était au cœur des débats durant ces deux jours, c’est pourquoi je souhaite revenir plus particulièrement sur la « stratégie  piétons »  et le plan d’agriculture urbaine.

  • Une stratégie pour les piétons

La stratégie Paris piéton permettra à la capitale de conforter son positionnement de ville durable à l’échelle internationale. Elle propos de lancer cinq chantiers dans la mandature pour :

-Faciliter les continuités piétonnes et de nouveaux partages de la voirie (ex : Berges quai haut de la rive droite (1er, 4e, 8e, 12e, 16e): apaisement de la circulation au bénéfice des transports en commun et des modes doux et sécurisation des traversées piétonnes)

-Favoriser la diversité d’usages de la rue (création de « rue aux enfants » par exemple rue bignon (12°), piétonisation pérenne…)

-Élever les standards de confort des espaces publics (élargir les trottoirs, sécurisation des traversées ex : Carrefour de la Conservation (Bois de Vincennes – 12e)

-Repenser l’orientation des piétons (créer des parcours signaler pour découvrir Paris à pieds, ex : parcours végétal et artistique de Montmartre au Marché aux Puces» (18e), projet lauréat du budget participatif.

-Conforter la culture piétonne de Paris (promotion de la marche et de ses bienfaits)

  • L’agriculture urbaine et l’alimentation durable

La Ville entend prendre toute sa place dans la construction d’un système alimentaire durable créateur de nouveaux liens entre urbains et ruraux, que ce soit par le programme des Parisculteurs, par le plan Alimentation durable, par le soutien à l’économie solidaire et au commerce de proximité, par l’innovation gastronomique, par les plans de lutte contre le gaspillage alimentaire, le développement d’une logistique durable ou la production de compost.

Concernant l’alimentation et l’agriculture, l’ambition de la Ville se décline en trois axes principaux :

-offrir davantage d’espaces et de projets aux agriculteurs urbains au cœur de notre ville, pour rendre Paris plus végétale,

-créer des îlots de fraîcheur urbains et contribuer au développement de la biodiversité dans Paris,

-tisser des liens entre agriculteurs urbains et agriculteurs de petite et grande couronnes en créant des emplois.

Un exemple à suivre : l’école de la permaculture. L’école Du Breuil, en coordination avec la Ferme de Paris, élabore une offre de formation en permaculture. L’école permettra de développer l’approche permacole dans la conception de projet d’agriculture urbaine et de végétalisation et aura pour objectif de valoriser les dynamiques de participation citoyenne.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le conseil de Paris, rendez-vous sur paris.fr.

Une réponse à “Retour sur le Conseil de Paris des 30 et 31 janvier 201

  1. Oui, mais ne pas oublier qu’il y a des habitants…et il faut qu’il reste des Habitants…normaux…qui ont des besoins, et aussi des artisans, et autres professionnels qui utilisent un véhicule…il serait bien aussi qu’on en parle un peu avec les habitants…qui voient trop passer les escadrilles de modifications au dessus de leurs tête…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *