Au programme du Conseil de Paris des 25, 26 et 27 septembre 2017

salle du conseilPour cette séance, trois grands débats y sont programmés, sur le bilan de la rentrée scolaire, la stratégie de résilience de la Ville et le bilan du Conseil parisien de la jeunesse.

Beaucoup d’autres sujets majeurs sont examinés tels qu’une aide d’urgence de la Ville de Paris à l’île Saint-Martin, la mise en place d’un Label “Fabriqué à Paris ” ou encore une délibération que je porte pour l’acquisition de 200 véhicules électriques à Paris.

Je souhaite vous parler plus précisément du bilan de la rentrée scolaire, porté par ma collègue Alexandra Cordebard, et qui concerne beaucoup d’entre vous, parents de jeunes parisiens.

Des locaux scolaires sécurisés et rénovés

Cette année, la Ville a effectué près de 2 000 opérations de rénovation et d’entretien dans les établissements primaires et secondaires et multiplié les opérations de sécurisation dans les écoles visant à l’installation de visiophones, au rehaussement de grilles, ou à l’opacification de vitrages. Au total, ce sont 51 M€ qui ont été consacrés à ces opérations, soit un budget en augmentation de près de 25% par rapport à l’an dernier.

Une organisation inchangée de la semaine scolaire : priorité à la réussite des enfants

Dès 2013, la Ville a mis en place la réforme des rythmes scolaires visant à organiser les enseignements scolaires sur quatre jours et demi par semaine, dont cinq matinées consécutives, afin de favoriser les apprentissages fondamentaux. Pour accompagner cette réforme, des ateliers éducatifs, gratuits et de qualité, accessibles à tous les écoliers parisiens ont été mis en place par la Ville les mardis et vendredis après-midi. Près de 111.000 enfants en bénéficient chaque semaine. Cette organisation sera encore renforcée, voire améliorée.

Des jeunes parisiens acteurs de leur Ville

Cette mobilisation  de la jeunesse parisienne s’est organisée autour de trois champs d’action: 

 

Par ailleurs, lors de la première journée de séance, les élus ont eu l’occasion de se former aux gestes de premiers secours. Cette formation est indispensable à tous et peut sauver des vies.

Dans cet esprit et dans le prolongement de plusieurs initiatives en ce sens,  le Département de Paris propose de soutenir financièrement deux associations, la Protection Civile Paris Seine et la Croix-Rouge Française, qui partagent le même objectif  pour un montant global de 260.400€ ; Il s’agit  d’ augmenter la proportion de personnes formées ou initiées aux gestes de premiers secours, en particulier les jeunes et les personnes en difficulté, au moyen de sessions de formations gratuites.

Comme lors de l’ensemble des conseils de Paris, vous pouvez venir assister au débat en vous présentant au 5 rue lobau ou en regardant sa retransmission sur paris.fr.

Lire la suite

Au programme du Conseil de Paris des 6 et 7 juin 2017

salle du conseilDurant ce Conseil, qui durera deux jours, je souhaite revenir sur le budget supplémentaire 2017 que le Conseil a adopté ce midi, ainsi que sur le schéma parisien des Séniors qui sera débattu mercredi matin.

  • Le budget supplémentaire 2017

Le budget supplémentaire voté aujourd’hui n’ajuste les dépenses de fonctionnement qu’à la marge (+0,2%), et démontre la justesse du budget primitif que nous avons adopté en décembre dernier. Les nouveaux engagements sont essentiellement consacrés à la mise en œuvre du programme d’investissement de la mandature, notamment la création de sept nouveaux accueils de la petite enfance (5M€).

Ces investissements visent également à :

-poursuivre le plan de transition énergétique de Paris, en accélérant par exemple le renouvellement des chaudières (12,3M€) ainsi qu’en améliorant les jardins publics (1,7M€) qui constitue de véritables espaces de respiration et des réservoirs de biodiversité en cœur de ville.

-poursuivre la mise en place de sa brigade de lutte contre les incivilités, créée en septembre 2016, en consacrant 1,6M€ supplémentaires à son équipement.

Par ailleurs, dans un contexte de menace terroriste élevée, l’Exécutif parisien fait par exemple le choix de renforcer ses dispositifs de gardiennage (3,15M€), notamment pour la sécurisation des opérations électorales lors des élections présidentielles et législatives. Le plan de lutte contre la prolifération des rats bénéficie aussi de crédits supplémentaires, à hauteur 0,5  M€ en fonctionnement et de 1,2M€ en investissement.

(suite…)

Lire la suite

Retour sur le Conseil de Paris des 30 et 31 janvier 201

pietonsLa thématique de la Ville durable était au cœur des débats durant ces deux jours, c’est pourquoi je souhaite revenir plus particulièrement sur la « stratégie  piétons »  et le plan d’agriculture urbaine.

  • Une stratégie pour les piétons

La stratégie Paris piéton permettra à la capitale de conforter son positionnement de ville durable à l’échelle internationale. Elle propos de lancer cinq chantiers dans la mandature pour :

-Faciliter les continuités piétonnes et de nouveaux partages de la voirie (ex : Berges quai haut de la rive droite (1er, 4e, 8e, 12e, 16e): apaisement de la circulation au bénéfice des transports en commun et des modes doux et sécurisation des traversées piétonnes)

-Favoriser la diversité d’usages de la rue (création de « rue aux enfants » par exemple rue bignon (12°), piétonisation pérenne…)

-Élever les standards de confort des espaces publics (élargir les trottoirs, sécurisation des traversées ex : Carrefour de la Conservation (Bois de Vincennes – 12e)

-Repenser l’orientation des piétons (créer des parcours signaler pour découvrir Paris à pieds, ex : parcours végétal et artistique de Montmartre au Marché aux Puces» (18e), projet lauréat du budget participatif.

-Conforter la culture piétonne de Paris (promotion de la marche et de ses bienfaits)

  • L’agriculture urbaine et l’alimentation durable

La Ville entend prendre toute sa place dans la construction d’un système alimentaire durable créateur de nouveaux liens entre urbains et ruraux, que ce soit par le programme des Parisculteurs, par le plan Alimentation durable, par le soutien à l’économie solidaire et au commerce de proximité, par l’innovation gastronomique, par les plans de lutte contre le gaspillage alimentaire, le développement d’une logistique durable ou la production de compost.

Concernant l’alimentation et l’agriculture, l’ambition de la Ville se décline en trois axes principaux :

-offrir davantage d’espaces et de projets aux agriculteurs urbains au cœur de notre ville, pour rendre Paris plus végétale,

-créer des îlots de fraîcheur urbains et contribuer au développement de la biodiversité dans Paris,

-tisser des liens entre agriculteurs urbains et agriculteurs de petite et grande couronnes en créant des emplois.

Un exemple à suivre : l’école de la permaculture. L’école Du Breuil, en coordination avec la Ferme de Paris, élabore une offre de formation en permaculture. L’école permettra de développer l’approche permacole dans la conception de projet d’agriculture urbaine et de végétalisation et aura pour objectif de valoriser les dynamiques de participation citoyenne.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le conseil de Paris, rendez-vous sur paris.fr.

Lire la suite

Paris leur dit : Merci !

Paris leur dit Merci AFFICHE40x60DASCO.indd AFFICHE40x60DASES.indd AFFICHE40x60DPSP.indd AFFICHE40x60DASES.indd AFFICHE40x60DASES.indd

Depuis ce matin, la deuxième édition de la campagne d’affichage « Paris leur dit merci » développée par la Ville pour rendre hommage à ses agents, s’affichent sur plus de 800 panneaux à travers la capitale et  ce jusqu’ au 14 février prochain.

Vous aviez découvert la première édition l’an dernier, il nous a semblé important de poursuivre la valorisation de l’engagement et du sens du service public des agents de la Ville de Paris. Ce sont des dizaines de milliers de femmes et d’hommes qui s’impliquent au quotidien, au service des Parisiennes et des Parisiens. La ville de Paris souhaite à nouveau leur dire : Merci ! 

Cette année, la campagne met en lumière 6 métiers sur les 323 que compte la Ville : une inspectrice de sécurité, un égoutier, une assistante sociale intervenant dans l’accueil des migrants, un animateur périscolaire, un agent technique de la petite enfance, une informaticienne. 

Découvrez en un peu plus sur ces hommes et femmes que vous croisez au quotidien sur paris.fr., des interviews vidéos sont notamment disponibles.

Lire la suite

Retour sur le Conseil de Paris des 7, 8 et 9 novembre 2016

endettementCette semaine au Conseil de Paris nous avons débattu de l’orientation budgétaire de la Ville pour l’année 2017. Si le budget en tant que tel sera présenté formellement au Conseil de décembre, le Débat d’Orientation Budgétaire (DOB) est l’occasion d’en tracer les grandes lignes.

Dans un contexte national qui continue à peser sur les finances des collectivités, Paris peut se targuer de présenter des orientations budgétaires ambitieuses pour 2017 grâce à une gestion de la dette «prudente et optimisée» ainsi qu’un «degré élevé de transparence financière » comme l’a souligné l’agence de notation Standard & Poor’s le 7 octobre dernier L’agence a réévalué la notation de la Ville de Paris au niveau «AA, perspective stable », note la plus élevée possible pour une collectivité locale française.

Les orientations budgétaires 2017 se caractérisent autour de 5 axes majeurs :

  • la stabilité des taux de fiscalité directe locale
  • une fiscalité directe locale constante et maîtrisée, une évolution de l’endettement comparable à celle du précédent mandat
  • une rigueur dans la gestion des finances publiques
  • la capacité de faire des investissements massifs et de développer les services publics parisiens
  • la hausse des transferts de solidarité pour contribuer au développement des collectivités métropolitainesimpots

Alors même que de nombreuses collectivités ont recours au levier fiscal, Paris respectera à nouveau en 2017 son engagement de stabilité de la fiscalité directe locale. Les taux parisiens seront maintenus à 13,38% pour la taxe d’habitation (contre 25,47% en moyenne pour les communes françaises) et à 13,5% pour la taxe foncière (contre 30,39% en moyenne).

Retrouvez l’intégralité de la communication de la Maire sur paris.fr.

Par ailleurs nous avons également débattu d’un autre sujet qui me tient particulièrement à cœur, comme je l’ai évoqué dans ce billet, celui du contrôle du stationnement payant.

Cette réforme du stationnement rotatif aura trois avantages majeurs pour les Parisiennes et les Parisiens :

  • Elle permettra de renforcer le service public. La fraude au stationnement représente aujourd’hui 300M€ par an d’impayés pour la Ville de Paris, 90% des usagers ne paieraient pas leur stationnement. Cette somme équivaut au coût annuel de fonctionnement de toutes les crèches de Paris ou encore à l’ensemble des dépenses annuelles de sécurité de la collectivité. Un meilleur taux de respect du stationnement payant à Paris, ce sont des politiques publiques plus efficaces pour les Parisiens.
  • Elle améliorera les conditions de stationnement à Paris. Le non-respect des règles de stationnement à Paris entraine l’apparition de véhicules « ventouses », qui empêchent les Parisiens et les visiteurs qui ont besoin de se garer d’accéder rapidement à une place. Un meilleur taux de respect conduira à davantage de rotation des véhicules. Le prestataire aura aussi pour mission de moderniser les pratiques de contrôle, qui existent déjà dans d’autres villes, en utilisant notamment des moyens numériques et automatisés.
  • Elle permettra de renforcer les effectifs municipaux luttant contre les incivilités. Dans le cadre de la réforme du statut de Paris, les 1.600 agents publics aujourd’hui affectés au contrôle du stationnement payant, sous la direction de la Préfecture de Police, seront transférés à la Ville de Paris. Libérés du contrôle du stationnement rotatif, ils viendront renforcer la Direction de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection (DPSP), qui atteindra alors 3.500 agents. Ils se consacreront à lutte contre les incivilités, la lutte contre la pollution, la surveillance de bâtiments municipaux et le contrôle des politiques de déplacements.

La Ville continuera à définir la politique de stationnement et les tarifs – le tarif des 2 heures de stationnement actuellement autorisées restera inchangé – ainsi qu’à percevoir les recettes de stationnement. Elle gardera également en gestion directe le contrôle du stationnement gênant.

Lire la suite